The World Eyes Station,Breaking News,Peoples,Advices,Entertainment...

Tuesday, 20 March 2018

Scandale Cambridge Analytica : pour Facebook, «les utilisateurs ont donné leur consentement»

La firme de Mark Zuckerberg estime toutefois avoir été trompée par ses partenaires commerciaux sur l’utilisation des données personnelles. L’Europe demande des comptes.

Empêtrée dans le scandale Cambridge Analytica, la société britannique accusée d’avoir illégalement acquis des données de millions d’utilisateurs de Facebook et de leurs amis, la firme de Mike Zuckerberg malmenee en boursede minimiser sa responsabilité.
Mise en cause pour sa légèreté, Facebook conteste que les données en question aient été volées à ses utilisateurs. « Comme tous les développeurs d’applications, Aleksandr Kogan (NDLR un psychologue partenaire de Cambridge Analytica, concepteur d’une application de tests de personnalité) a demandé et obtenu l’accès aux informations des utilisateurs qui ont choisi de s’inscrire à son application », précise Paul Grewal, vice-président de Facebook.
« Toutes les personnes concernées ont donné leur consentement. Les systèmes n’ont pas été infiltrés, aucun mot de passe ou information sensible n’ont été volés ou piratés », insiste Facebook.
Enfin, Facebook assure qu’un tel détournement ne serait plus possible désormais. « Il est important de noter que l’application de Kogan n’aurait pas accès aux données détaillées des amis des utilisateurs aujourd’hui. Il y a trois ans - après que Kogan a créé son application - nous avons changé le produit afin que les développeurs ne puissent pas accéder aux informations des amis des gens », assure Justin Osofsky, vice-président des opérations mondiales de Facebook. La firme californienne en profite pour renouveler sa confiance à son « chief security officer » en poste depuis trois ans et donné partant.

Zuckerberg convoqué par le parlement européen

Facebook n’en est pas quitte pour autant. Le président du Parlement européen Antonio Tajani a invité mardi le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, à venir s’expliquer devant l’assemblée sur le scandale.
« Facebook a besoin de clarifier devant les représentants de 500 millions d’Européens le fait que les données personnelles ne sont pas exploitées pour manipuler la démocratie », a expliqué Antonio Tajani dans un message sur son compte twitter. Malgré ses démentis, Cambridge Analytica est soupçonnée d’avoir utilisé les données recueillies pour les besoins de la campagne de Donald Trump.
Lundi, le président du Parlement européen avait annoncé que les eurodéputés allaient « enquêter pleinement » sur cette « violation inacceptable des droits à la confidentialité des données », révélée par le New York Times et l’hebdomadaire britannique The Observer. La commissaire européenne chargée de la protection des données Vera Jourovava, de passage à Washington, devait demander mardi des « clarifications » à Facebook. Le sujet était menu des autorités chargées de la protection des données réunies en G29 à Bruxelles, qui devait lancer une enquête comme ils l’ont déjà fait dans une affaire concernant Uber.

« Des consommateurs surveillés pour alimenter une machinerie publicitaire »

Le régulateur britannique chargé de la protection des données privées a déjà indiqué qu’il voulait enquêter sur les fichiers de Cambridge Analytica. Il a précisé mardi avoir obtenu de Facebook qu’il arrête sa propre enquête car elle pouvait potentiellement compromettre la sienne. Toujours en Angleterre, la chaîne britannique Channel 4 News a diffusé lundi des images en caméra cachées, où l’on voit le directeur de Cambridge Analytica évoquer des techniques pour piéger des rivaux politiques aux élections, renforçant les soupçons de manipulation.
« Le comportement de Facebook n’a été possible que parce que, comme Google, il fonctionne sur un modèle commercial de surveillance constante des consommateurs pour alimenter sa machinerie publicitaire comportementale », a commenté Guillermo Beltra, de la fédération européenne d’associations de consommateurs qui soutient les enquêtes à venir.

No comments:

Post a Comment